Aveyron, 12

Contes et légendes

La légende du creusement du trou par le Diable

01

02

03

Bozouls s'inscrit dans un paysage calcaire, de la roche tellement dure qu'on casse tout les outils quand on veut la travailler. Dans le temps ou Lucifer rôdait par ici, la Sainte Vierge le surveillait parce qu'elle savait qu'il était toujours prêt à faire une bêtise. Elle dit à Lucifer : "Qu'est ce que tu fais, là ?" et il lui répondit : "Je vais mettre l'église Sainte-Fauste dans le trou". - Oh, oh, l'église, dit-elle, bâtie sur le roc comme elle est...". Enfin, ils convinrent que le diable la mettrait à bas avant que le coq des Molinières (la ferme qu'il y a à 3km) chante. Tout cela fait que la Sainte Vierge n'y croyait pas trop mais elle le surveillait. Et alors, le diable, avec les grosses griffes qu'il a, gratta (on peut encore apercevoir les endroits ou il a gratté), il gratta, gratta... Il mettait cette pierre de causse dans un sac et il allait la vider au Puech-du-Jou non loin du Trou. Il y avait du travail, quand même, pour mettre l'église à bas. Mais il continuait de travailler la nuit et le coq ne chantait pas. Mais il ne risquait pas de chanter !

04

05

06

La Sainte Vierge se dit qu'il fallait quand même avancer cet événement. "Parce qu'il la mettra bien à bas vu comme elle est au bord !". La Sainte Vierge alla donc aux Molinières. Au poulailler, elle passa la main par la fenêtre, et elle arracha une plume du coq qui fit : "Cocorico !". Et le diable qui était en train de faire ses voyages, passait juste au-dessus. Mon Dieu ! De là-haut, il voyait un peu de lumière mais... Il dit : "ça y est, le jour se lève. Je n'aurai pas fini ". Alors que fait le diable ? Il laissa tomber ce qu'il avait, c'est ce qui forme aujourd'hui le Calcadis, et il partit dans un nuage de fumée qui puait le soufre. Et l'église de Sainte-Fauste vieille et plus que vieille, y est encore, elle a été sauvée.    

L'étonnante histoire de la planche à la chèvre

dscf4129_2.jpg

Dans les années 1940, alors que le pastoralisme était encore bien présent à Bozouls, une chèvre s'était aventurée sur les falaises abruptes du canyon. Le pauvre animal ne pouvant rebrousser chemin était voué à un saut qui mettait sa vie en danger .

C'est alors que les hommes ont échafaudé un plan pour la secourir. A l'aide de simple cordes, et d'une bonne dose de témérité, ils ont longé les parois de la falaise. Les sauveteurs ont alors improvisés une plate-forme de fortune au-dessus de l'abîme pour secourir la chèvre, et la sauver.

Croyez-le ou non, cette planche est encore visible, de nos jours, du côté droit du Dourdou, à qui sait observer !